Le fou du roi.

Il y a 1500 ans, en 495, le roi Philipe donnait un grand bal en l'honneur de sa fille Charlotte. Tout allait à merveille. Tout le monde s'amusait. Puisque c'était un bal donné à portes ouvertes, tout le monde pouvait y aller. Le méchant sorcier du village y alla donc. Il fit la connaissance de Charlotte et en tomba follement amoureux. Il alla demander au roi Philipe la main de sa fille. A ces paroles, le roi chassa le sorcier hors du royaume.

Le lendemain, le roi reçut une lettre. En l'ouvrant, une poudre lui tomba dessus. Un sort venait de lui être jeté. Son sort était de rapetisser de un centimètre par jour, jusqu'au jour où il disparaîtrait complètement. Le sorcier lui écrivit aussi que pour rompre le sort, il devait lui donner sa fille en mariage. Le roi Philipe était découragé. Il appella Louis, son fou du roi. Il lui ordonna de le distraire. Louis faisait de son mieux, mais le roi ne pouvait s'empêcher de penser à son triste sort. Le roi se rendit donc à sa chambre pour se reposer, laissant seul Louis dans son bureau. Louis en profita pour lire la lettre du sorcier que le roi avait laissée tomber. Il devait faire quelque chose. Il alla rencontrer le savant du royaume et il lui raconta ce qu'il savait. Le savant chercha pendant des heures et des heures dans ses livres une potion pour rompre le sort. Enfin, il avait trouvé. C'était assez simple, il ne lui fallait qu'un labyrinthe très protégé par des gardes. Louis voulait montrer qu'il était aussi courageux que drôle. Il partit donc à la recherche du sorcier le lendemain, de très bonne heure.Il enmena avec lui son perroquet et son marteau en plastique qu'il traînait toujours. Après de longues de marche, Louis arriva à l'entrée du labyrinthe. Ce fut très facile pour lui de trouver le bon chemin.

Son perroquet survolait le labyrinthe et lui indiquait où aller.

Voilà maintenant qu'un garde s'approchait de lui. Il était vraiment très laid. Il était grand mais il avait une petite tête chauve. Après quelque secondes de réflexion, Louis eut une idée. Il le frappa sur la tête avec son marteau. Le garde se mit à hurler. Il s'écroula par terre tellement il avait mal. En entendant ce hurlement, tous les autres gardes arrivèrent. Louis s'amusait à les frapper sur la tête. Il trouvait ça très drôle. Cinq minutes plus tard, tous les gardes étaient mis hors combat. Louis continua sa route, aidé de son perroquet.

Tout à coup, il arriva face à face avec une fourmi géante. Il la frappa avec son marteau, mais elle ne réagit pas. Qu'allait-il faire? Louis était très intelligent, il savait très bien qu'une fourmi, c'est très chatouilleux. Il arracha donc une plume à son perroquet et se mit à la chatouiller. La fourmi se tordait de rire, elle n'en pouvait plus. Elle est morte de rire! Louis s'amusait vraiment beaucoup.

Après une heure de marche, il arriva enfin à la grotte du sorcier. Il entra. C'était un endroit lugubre et humide. Le sorcier était là, debout devant lui. Il tenait dans sa main de la poudre, comme celle qu'il avait envoyée au roi. Le sorcier riait. Il criait à Louis: "Tu ferais mieux de faire ta dernière prière". Louis était mort de peur. Il fit ce que le sorcier lui dit et se mit à prier, ou plutôt à chanter sa prière. À son grand étonnement, le sorcier se mit à courir partout en s'arrachant les cheveux et en le suppliant d'arrêter de chanter. Louis n'eut qu'à ramasser un cheveu du sorcier et à retourner au royaume. Le savant fit une potion et le sort fut rompu.

Le roi remercia infiniment Louis. "Vraiment, ce n'est rien. C'était un jeu d'enfants!" n'arrêtait de répéter le fou du roi.

Quelques mois plus tard, Louis se maria avec Charlotte.

Le sorcier fut emprisonné et tout est bien qui finit bien.

 

Par Christine Tavares 20 ans.


Retour
Histoires des Amis